Persecution religieuse

Accueil  Blog  News  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
News

Ouf il est parti ! - par roberto le 06/05/2021 @ 11:17

Ce quatre mai 2021, le Parti Populaire gagne les élections de la "Comunidad de Madrid"

Avec 65 sièges; Isabel Ayuso obtient plus de sièges que les trois formations de gauche et n'a plus besoin du parti d'Abascal pour gouverner. Le parti Mas Madrid bat le parti socialiste en nombre de voix, mais est à égalité en nombre de sièges (24) avec lui. Le parti Ciudadanos disparaît de cette élection avec moins de cinq % des voix et paye ainsi l'erreur de se joindre au parti socialiste pour voter une motion de censure contre le président de Murcia.

La bonne nouvelle pour l'Espagne est le départ de Pablo Iglesias de la politique. Lui qui avait rêvé de devenir le chef de file des trois gauches, n'obtient que 10 sièges et dit préférer partir que devenir le bouc émissaire de la défaite de son parti Unidas Podemos.

On a du mal à croire qu'un seul homme puisse créer un malaise tel dans toute l'Espagne au point que le monde entier a pu entendre son soupir de soulagement. Cet homme est la haine personnifiée. Si quelqu'un avait suivi ses meetings et calculé le nombre de fois qu'il a insulté ses adversaires ce chiffre serait resté dans l'Histoire. Fascistes, criminels, corrompus, antidémocrates, assassins, nazis étaient les principaux, mais il y en avait beaucoup d'autres, pour cataloguer tous ceux qui ne partagent pas ses idées. Rarement, ou jamais, a-t-on vu une personne avec une telle haine sortir de ses lèvres et de ses yeux.

On ne sait pas encore où il va aller la semer maintenant, mais, sûr, il faut qu'il la sorte de son corps. Quelle orientation donnera ce professeur de sciences politiques à ses élèves ?

Il faut préciser que Pablo Casado a 40 ans et Isabel Ayuso 42 et non donc pas connu la guerre.

Qu'il s'en aille bien loin. Ouf !!

 


Haine contre chrétiens en Espagne - par roberto le 07/02/2021 @ 17:39

Les partis de gauche Unidas Podemos et le PSOE continuent leurs luttes contre les chrétiens.

Après la loi Celaá qui supprime la liberté de choix des parents pour l'éducation de leurs enfants, actuellement ils s'attaquent aux croix sur des lieux publics.

La première qui a fait scandale chez catholiques, concernait une croix à Aguilar de la Frontera (Cordoba). La mairesse de Unidas Podemos fit couper la croix à la tronçonneuse et la fit jeter à la décharge publique. Pour répondre à la vague de protestations qui s'en est suivie, la mairesse trouva comme excuse qu'elle avait été placée là à une époque de la dictature de Franco.

Quelques jours plus tard, le président de région Carlos Carlos Rodriguez, membre du parti socialiste PSOE s'attaque à une autre croix, cette fois-ci à Brozas (Caceres). Et, en prévision de démolition deux autres croix dans la même région.

Aucune de ces croix n'a de signes ou noms qui rappellent la guerre civile, mais le président se défend en disant qu'il ne fait que suivre les directives de la loi de mémoire historique où il est écrit que tout symbole chrétien doit être supprimé.


danger - par roberto le 10/10/2020 @ 14:10

Il est lamentable et même angoissant de constater le peu « démocrates » que sont ceux qui se proclament les champions de la démocratie.

A chaque fois que ces « démocrates » prennent le pouvoir, les chrétiens peuvent trembler : ils savent que des lois seront prises le seront pour restreindre leurs libertés et pour essayer d’éradiquer la religion catholique du pays. Et ce, par tous les moyens, s’ils ne sont pas légaux, ils voteront des lois pour qu’ils le soient.

Nous le remarquons encore avec ce gouvernement qui s’attaque une nouvelle fois à l’enseignement. Il veut empêcher les parents de pouvoir choisir entre l’école publique et la privée (leur argument les enfants n’appartiennent pas à leurs parents) ; augmenter la tva (Iva) pour les établissements pourtant sous concordat ; Supprimer la matière « religion » sauf pour les enfants qui en feraient la demande etc. Bref, une nouvelle fois les asphyxier et pour qu’il disparaisse à tout jamais.

Comme les catholiques sont censés voter à droite, tous les moyens sont bons pour éliminer l ”ennemi ». Les municipalités emportées par la droite subiront toute sorte d’attaques légales ou illégales pour les dénigrer et leur enlever tout prestige.

Les méthodes pour gagner les votes à la motion de censure, sont utilisés sans aucune vergogne et sans générer de démissions comme ils les réclamées quand le gouvernement était à droite.

Et tout ça sans compter l’arrogance de leur chef. Ici c’est moi qui commande, vous n’avez qu’à la fermer et obéir, c’est moi le président


la Loi de la mémoire démocratique - par roberto le 16/09/2020 @ 19:06

LA LOI DE LA MÉMOIRE DÉMOCRATIQUE

Pedro Sanchez, comme la plupart des républicains, n’a jamais admis que ses prédécesseurs aient perdu la guerre civile

Pourtant, si militairement ils avaient perdu la guerre, ils ont réussi le coup de force de la gagner moralement et historiquement. Ceci en utilisant un terrorisme intellectuel féroce et une mauvaise foi sans limite

Pour le monde entier la II république, démocratique profondément humaniste, élue démocratiquement fut vaincue par le dictateur fasciste Franco grâce a l aide des autres fascistes Hitler et Mussolini.

Sans parler de la guerre elle-même -ce qui n'est le propos de ce site- 70 000 personnes furent assassinées dans des conditions atroces et en dehors des combats par ces gauches "démocratiques". La plupart d'entre elles avec le seul crime d'être croyants.

Ces cadavres ont été enfouis sous les cadavres victimes de franquisme de telle sorte qu'ils soient complétement oubliés. Et l'opération a réussi au-delà de ce que la raison et l'intelligence peuvent admettre. Les droites sont totalement anesthésiées ! Ceux qui osent faire de la résistance sont traités de fascistes nostalgiques du franquisme et tout dialogue -si dialogue il y aurait pu avoir- est bloqué. Mais même dans ceux-là, personne, personne ! n'ose dire : -Mais, attendez vous aussi avez assassiné. D'abord les chrétiens, puis ceux qui n'adhéraient pas à vos idées et ensuite mêmes vos amis trotskistes- Il y a sans doute plusieurs sortes de démocratie ? 

Maintenant Sanchez et son gouvernement veulent sortir une loi qui s'appellera Loi de la Mémoire Démocratique et là on peut craindre le pire !

Les socialo-communistes qui composent le gouvernement veulent réécrire, à leur façon, l'histoire depuis les 200 dernières années. Avec cela des objectifs aussi précis, tordus, sectaires et antidémocratique : museler leurs opposants, laver le cerveau des jeunes générations et enterrer leurs ennemis de façon qui ne puissent plus sortir la tête hors de la boue qu'ils vont répandre. Pour cela quelques mesures sont nécessaires et déjà prévues : interdire et dissoudre toute association et organisation rappelant le franquisme.(dans lesquelles ils incluront très certainement des catholiques) Puis imposer quelques lois visant a ce qu'elles ne puissent pas renaître sous un autre nom.

Ils commencent par changer le nom del Valle de los Caídos. Puis en expulsant les moines qui vivent dans un couvent attenant


la ministre Celaá - par robertoport le 02/09/2020 @ 11:55

La ministre Celaá l’a précisé : la liberté de l’éducation ne consiste pas en ce que les parents puissent choisir leurs collèges. En quoi consiste-t-elle alors ?

La ministre, avec son habituel style pédant et méprisant, a interprété l’article 27 de la Constitution à sa façon en disant qu’il ne précise pas que les parents puissent choisir le collège pour leurs enfants et non plus qu’ils puissent recevoir une éducation religieuse. Elle a ajouté que son projet de loi sera appliqué coûte que coûte.

Pour mieux faire voir que c’est elle qui commande, elle l’a vagi au XV Congrès des Ecoles Catholiques. Autant dire : vous voilà prévenus, c’est moi qui gère l’argent des contribuables y compris celui des parents catholiques. Mais si elle avait exprimé le fond de sa pensée, elle aurait dit : nous vous enlèverons vos enfants pour qu’ils ne soient pas « endoctriner » pour mieux les manipuler et les soumettre à notre idéologie.


Espagne. menaces du président - par roberto le 09/01/2020 @ 12:25

8 janvier 2020. (Jour anniversaire de la mort du caméléon)

L'Espagne a un nouveau président. Pour arriver à ce poste, Pedro Sanchez Perez-Castejón aura tout fait. Depuis ramper, mentir, dire aujourd'hui le contraire de ce qu'il avait dit hier, retourner sa veste, se renier et, en dernier, on peut se demander avec grande inquiétude quelles sont les promesses faites aux indépendantistes catalans et basques.

Il est arrivé au pouvoir à la suite d'une motion de censure à Rajoy. Le PP étant accusé de corruptions calculées à 63 millions d'euros. Il est resté muet comme une carpe sur les 752 millions que son parti a détournés en faveur de ses petits copains, alors qu'il ne trouvait pas de paroles assez dures contre Rajoy à chacune de ses interventions.  Il est resté muet, aussi, sur ses reniements répétés à propos de ses alliances avec les indépendantistes et le parti Podemos sur lequel il avait dit qu'une coalition avec lui, mais surtout avec son représentant, l'empêcherait de dormir. Il accusait celui-ci d'être trop ambitieux et inexpérimenté, mais surtout sa sympathie avec Maduro et son régime. Favorable à une époque à l'application de l'article 155 à la catalogne, il est resté muet aussi quand les indépendantistes catalans saccageaient Barcelone et attaquaient les forces de l'ordre préférant des voyages à l'étranger.

            Avec lui, les catholiques ont de quoi être inquiets. En effet, son anticléricalisme et sa christianophobie sont tels qu'avant même d'être élu, sa ministre de l'Éducation (en fonction) annonçait déjà des mesures contre le choix des parents de choisir entre l'enseignement public et le concerté (école libre en France) Les parents devront obligatoirement prendre le plus près de leur domicile. Malgré un démenti de cette ministre le lendemain, la menace reste en l'air. Dans ces discours à la recherche de son investiture – et sans doute pour satisfaire son nouvel allié Podemos- Sanchez a promis qu'une de ses premières mesures, sera de supprimer l'évaluation de la religion dans les notes pour l'obtention de diplômes. Déjà des précédents gouvernements socialistes -après avoir fait enlever les crucifix- avaient supprimé cette matière et les parents voulant que leurs enfants en bénéficient devaient le demander expressément.

Pour les français ces mesures peuvent paraître banales, mais il faut comprendre qu'il y a une différence entre laïcité et laïcisme; entre gens modérés et extrémistes.  Puis l'Espagne avait signé un concordat à une époque où l'enseignement public ne pouvait pas assurer une éducation digne à tous les enfants. Ce concordat leur reste en travers de la gorge.

L'enseignement libre et des associations de parents ont dit se tenir sur leurs gardes. Souhaitons-leur bonne chance !

  

 


Nouvelles attaques aux libertés religieuses - par roberto le 16/11/2019 @ 10:44

UNE NOUVELLE FOIS, LES GAUCHES ATTAQUENT LA LIBERTÉ DES CATHOLIQUES ESPAGNOLS.

Le gouvernement de coalition socialiste et d'extrême gauche Podemos -bien qu'il ne soit pas encore investi- a déjà commencé les attaques contre les libertés religieuses des catholiques espagnols.

Au Congrès des Écoles Catholiques espagnoles et devant un parterre représentant l'ensemble des 6 000 établissements concertés, la ministre (en fonction répétons-le) Isabel Celaá a soulevé une vague de protestations en disant que la liberté des parents de choisir l'établissement de leur choix n'entrait pas dans l'article 27 de la Constitution.

Vu le scandale que cette affirmation avait soulevé on aurait pu croire que la ministre allait faire machine arrière. Ce qu'elle a fait en partie en essayant de rassurer les parents en assurant qu'il n'était pas question de toucher à cette liberté, que ces propos avaient été mal compris et gonflés artificiellement………. Avant d'employer d'autres propos bien moins rassurants : dans la limite des possibilités des autres établissements et en se conformant aux programmes scolaires publics. Ce qui voudrait dire que la partie religion sera supprimée

Force est de constater qu'à chaque fois que les gauches arrivent au pouvoir, elles veulent éradiquer la religion de l'enseignement. Un certain Jean Macé fondateur de la Ligue pour l'Enseignement en France avait dit :-Qui détient l'Enseignement tient la France.

La hantise des gauches est bien celle-ci

 


Manifestations en Catalogne - par roberto le 20/10/2019 @ 11:21

Le 14 octobre 2019, les juges publient leur verdict à l'encontre des accusés du montage illégal d'un referendum sur l'indépendance de la Catalogne. Depuis ce jour et jusqu'à ?? Des manifestations ultra violentes ont lieu dans les plus grandes villes de la région et principalement à Barcelone. Curieusement la presse étrangère et la catalane ne parlent que de ces condamnations et bien sûr elles paraissent lourdes. Surtout si l'on ne parle pas du montant que cette parodie de referendum coûta aux contribuables espagnols. 84 millions d'euros auxquels il faut ajouter la réparation de tous les dégâts que les manifestants "pacifiques" causèrent.

Pourtant on peut se poser des questions sur la sincérité des dirigeants qui poussent le peuple à la révolte ainsi que celle des manifestants eux-mêmes. Si l'on approfondi le problème on voit que les manifestations étaient prévues depuis longtemps et qu'elles n'ont rien de spontanées ni provoquées par l'indignation. Car enfin :

Mais la réalité est toute autre. Le "gouvernement" catalan sera chargé du choix de la prison et de l'application des peines. Il appliquera aux "détenus" les degrés deux ou trois légalement puisque prévus par la loi. Donc :

Santi Vila, Meritxell Borras et Carles Mundó, ne retournent plus en prison et sortent libres.  Tous les autres y compris Junqueras -le plus lourdement condamné- pourront sortir passer les fêtes de fin d'année en famille.

Raul Romeva, Joaquin Forn, Jordi Turull, Josep Rull, Jordi Sánchez, Carmen Forcadell, Dolors Bassa et Jordi Cuixart sortiront plus ou moins suivant les peines, mais tous seront libérés en 2020.

Oriol Junqueras, le plus lourdement condamné (parce que jugé organisateur principal) sortira, lui, au plus tard en mars 2021.

Les prisonniers ont bénéficié jusqu'à maintenant d'un traitement de faveur, ne parlons pas de ce qu'il en sera maintenant dans une prison catalane…………… Où ils ne mettront peut-être jamais les pieds.

Alors que viennent faire ces indignations et cette violence de la part des jeunes catalans ? une fois encore : MANIPULATION !

 

 


l-Eglise et la guerre civile en Espagne - par alf le 12/06/2019 @ 12:51

Dans les mois de janvier-février le martyre de quatorze religieuses membres de l ordre del Immaculée Conception a été reconnu par le Vatican.

Je vis, maintenant en Espagne et je n en ai pas entendu parler. Nous savons que les journaux -même les journaux de droite- font de l autocensure et ceci sans parler de couardise,, mais l Eglise espagnole ! Pourquoi l Eglise n en a pas parler alors que les gauches crient et brandissent leurs morts continuellement ? Le Christ a dit de tendre l autre joue, mais là c  est mettre le cou sur le bucher pour qu elles vous anéantissent complètement !

il y en a déjà été de même avec tous les noms de rues faisant référence à ceux qui avaient donné leur vies pour ne pas renier leur foi !

 


Histoire et vérité - par roberto le 30/12/2018 @ 10:29

L'HISTOIRE QUI ARRIVE JUSQU A NOUS EST-ELLE VRAIE ?

Quand, au cours de notre vie, nous avons assisté ou participé à des événements et que l'on voit comment ils ont été retenus par l'Histoire avec H majuscule, nous pouvons être effrayés.

De ce fait surgit la question: Mais de ce que nous avons appris à l'école et pendant nos études, que pouvons croire ? Quel crédit accorder à l'Histoire ? Appliqué à l'Espagne depuis la guerre civile, nous pouvons répondre sans hésitation : Aucun ! Si tout est comme cela, tout est un tissu de mensonges.

Non pas que tout soit faux, certes, mais les interprétations et surtout les omissions retournent complètement les événements en faveur des uns ou des autres. Et, dans le cas de l'Espagne, en faveur des gauches qui en sortent blanches comme neige et aussi innocentes qu'un agneau qui vient de naître. Tous martyres du franquisme !

Prenons quelques exemples des plus marquants.

Premier coup réussi ! Malgré que l'on dise que l'histoire est écrite par les vainqueurs, celle de la guerre civile racontée par les vaincus est celle qui a été acceptée par le monde entier. A cela une explication toute simple. Il suffisait d'attribuer à Franco une réputation de dictateur, puis de l'associer et l'amalgamer avec celles d'Hitler et de Mussolini et cette partie de l'Espagne n'était plus crédible. Les débordements, crimes, abus, menaces, atteintes à la liberté et autres outrances commis par la "jeune république éprise de liberté et d'humanisme" de 1931 à 1936 étaient complètement gommés!
Effacés à tout jamais ?

Autre exemple: Le gouvernement de Rodriguez Zapatero, oubliant les accords tacites fixés lors de la transición décida de mettre en place la ley de memoria histórica et on se mit à déterrer les morts victimes du "franquisme" des fosses communes un peu partout en Espagne et à les agiter sous le nez de la droite anesthésiée.  Curieusement on oublia de déterrer les 70 000 morts (ce chiffre a été diminué de 86 à 70 000 sous le gouvernement de Rodriguez Zapatero) et surtout, surtout les 8 000 "prisonniers politiques" (la plupart dont l'unique crime était être fils de notables ou étudiants dans une institution religieuse) assassinés et enterrés à Torrejón de Ardoz,  Paracuellos de Jarama et San Fernando de Henares principalement dans des fosses communes.
On demanda à l'Eglise d enlever le noms des morts qui figuraient sur les entrées des églises et qui "avaient donné leur vie pour Dieu et pour l'Espagne", mais on s'empressa de réhabiliter les victimes "de Franco" parmi lesquelles des pires tortionnaires

Pour ajouter à l'hypocrisie, l'un des deux principaux responsables de ce massacre Santiago Carrillo (avec Margarita Nelken) reçut la distinction de docteur honoris causa pour sa participation au rétablissement de la démocratie le 21 octobre 2005. Les quelques personnes qui osèrent crier au scandale, furent jetés dehors et qualifiés par (presque) tous les journaux d'appartenir à l'extrême droite. Personne ne pensa qu'il pouvait s'agir d'enfants ou petits-enfants de ses victimes.

Et le summum! Voici une partie du discours de Carrillo après avoir reçu son titre: -"He llegado hasta el día de hoy animado por el sueño de otro mundo, un planeta poblado por mujeres y hombres plenamente libres. Mi generación y las pasadas lo intentaron sin conseguirlo plenamente. Pongo mi esperanza en las nuevas generaciones".

Ce qui donne ceci: Je suis arrivé jusqu'aujourd'hui animé par le rêve d'un autre monde, une planète habité de femmes et des hommes pleinement libres. Ma génération et les antérieures l'ont tenté sans y parvenir complètement. Je place mon espoir dans les nouvelles générations.
No comment !

Ne nous arrêtons pas là ! Il y bien d'autres choses. Toutes les rues, monuments, stèles, noms d'établissements, d'hôpitaux etc. etc. rappelant la guerre civile, mais du côté franquiste ont été changés, barrés, voués aux gémonies……… mais aussitôt remplacés par des noms rappelant "la jeune république démocrate et humaniste" !

Dernière trouvaille du gouvernement socialiste -quelque peu naïf- de Pedro Sanchez pour essayer d'amadouer les indépendantistes catalans,  "baptiser" l'aéroport de Barcelone Aéroport Josep Tarradellas.

Ici une petite parenthèse. Tarradellas habita Saint Martin le Beau de 1954 à 1977. De chez mes parents à St Martin il y a quelques petites dizaines de km. Exilés comme lui, mes parents habitaient un vieux taudis sans eau ni électricité, Tarradellas dans une superbe propriété entourées de murs, mais d'aucun ou peu de rapport financier. Quels étaient ses revenus ? Avec quel argent vivait-il ? Et ceci depuis 1939 ?

Mais Pedro Sanchez l'actuel président du gouvernement, a été plus loin. Son conseil de ministres " restitue la pleine dignité de l'ex-président de la Generalitat Lluis Companys  approuve le rejet et la réprobation du Conseil de guerre qui décida son exécution.

Sans pour cela s'ériger en juge et recondamner l'ex-président, l'Histoire et le gouvernement de Sanchez aurait dû retenir que, sous la responsabilité de Lluis Companys, selon des études récentes,  il y eu plus 8 000 personnes qui furent assassinées dans des conditions atroces. On compte entre juillet et septembre 1936 :

Prêtres, religieux, religieuses :            2 441

Membres de la Liga Regionalista :         281

Carlistas:                                             1 199

Ceda:                                                     213

Falange:                                                 108

Renovación Española:                            70

Acción ciudadana:                                 117

Unión Patriótica:                                     36

Sindicato libre:                                      110

Federación de jóvenes cristianos:          18

Autres :                                                   34

A la fin de la guerre on arriva à un total de 8 148 personnes. Responsable, mais pas coupable Lluis Companys, tout comme Santiago Carrillo ?  Apparemment l'histoire ne les jugera pas parce-que personne n'osera contredire la version que les gauches ont donné.

Source: Generalitat de Catalunya et (note de l'auteur) certainement très fortement minorés)

Conclusions: La vraie démocratie n'existe pas ! Il est impossible de croire  tout ce que nous dit l'Histoire !

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 ] SuivantFin

up Haut up


GuppY - http://www.freeguppy.org/   Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/
Document généré en 0.04 seconde