Persecution religieuse

Accueil  Nouvelles  Liens    Forum
Rapport Irujo sur lEglise

Rapport du ministre espagnol Manuel de IRUJO.

Voici le témoignage du ministre républicain sans portefeuille (1936- 1938) membre du parti nationaliste basque, MANUEL DE IRUJO Y OLLO, extrait d'un mémoire présenté au Conseil des ministres le 7 janvier 1937 :

En dehors du Pays Basque la situation de fait de l'Eglise est la suivante: Tous les autels, images et objets de culte ont été détruits sauf rares exceptions. Toutes les églises ont été fermées au culte qui a été totalement suspendu. Les organismes officiels ont reçu les cloches, les calices, les chandeliers et tous les autres objets de culte qui ont été fondus et transformés à des fins militaires ou civiles.
Des édifices et des biens de toutes sortes ont été incendiés, pillés, occupés ou détruits. Les prêtres et les religieuses ont été arrêtés, emprisonnés, fusillés sans procès par milliers. On est allé jusqu'à interdire la détention privée d'images et d'objets de culte¬. La police, qui effectue des perquisitions, cherche et détruit avec violence et acharnement tous les objets qui se rattachent au culte.

Le délégué espagnol au congrès de Athées, qui se tient à Moscou en pleine guerre civile : « L'Espagne a surpassé l'œuvre des soviets, parce que l'Église a été totalement annihilée Et le communiste JESUS HERNANDEZ, ministre de l'Instruction publique du gouvernement de LARGO CABALLERO, saisit cette occasion pour envoyer un télégramme d'adhésion enthousiaste: Votre lutte contre la religion est aussi la nôtre. Nous avons le devoir de faire de l’Espagne une terre d'athées militants. La lutte sera difficile, parce que dans ce pays il y a beaucoup de réactionnaires qui refusent la culture soviétique. Mais toutes les écoles d'Espagne seront transformées en écoles¬ communistes.»
L'historien libéral, ministre de la Justice et de l'instruction Publique (1934) SALVADOR DE MADARIAGA, écrira après la guerre : Toute personne de bonne foi et bien informée ne peut nier les horreurs de la persécution. Pendant des mois et même des années, le simple fait d'être croyant suffisait pour mériter la peine de mort.
 


Date de création : 12/01/2012 @ 09:35
Dernière modification : 12/01/2012 @ 09:54
Catégorie : 7 rapport du ministre Irujo
Page lue 3390 fois

up Haut up


GuppY - http://www.freeguppy.org/   Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/
Document généré en 0.03 seconde