Les chrétiens persécutés

en Espagne    

Religion et République

Fermer 1 la religion pendant la II République

Fermer 2 le contexte et la persécution

Fermer 3 Le massacre

Fermer 4 Le massacre à Madrid

Fermer 5 Le massacre des" prisonniers politiques"

Fermer 6 Elaboration de la Constitution en 1931

Fermer 7 rapport du ministre Irujo

Fermer 8 les tchékas

Fermer 9 désinformation

Fermer Arguments

Fermer Judas

Fermer La Catalogne va mal

Fermer Le cardinal Segura

Fermer Le fascisme rouge revient

Fermer Persécution au Mexique

Fermer Précédents en France (loi 1905)

Fermer Réflexions

Fermer informations récentes

Fermer la persecucion religiosa oficializada

Fermer liste des 498 béatifiés

Réflexions

Fermer Refexions sur la violence

Fermer a propos des Brigades Internationales

Fermer la guerre civile n'est pas terminée

Fermer le génocide vendéen

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 6 membres


Connectés :

( personne )
Contacts

 

 

 Ce site a été scindé. Il y a la partie persécution religieuse en Espagne et la partie persécution religieuse en France.
Voici le lien  pour la partie France:
https://persecution-religieuse-france.la-guerre-d-espagne.net/ 
Nom du site: Persécution religieuse et christianophobie

Sondage
appréciations
 
super
à recommander
Très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
informations récentes - Histoire et vérité

L'HISTOIRE QUI ARRIVE JUSQU A NOUS EST-ELLE VRAIE ?

Quand, au cours de notre vie, nous avons assisté ou participé à des événements et que l'on voit comment ils ont été retenus par l'Histoire avec H majuscule, nous pouvons être effrayés.

De ce fait surgit la question: Mais de ce que nous avons appris à l'école et pendant nos études, que pouvons croire ? Quel crédit accorder à l'Histoire ? Appliqué à l'Espagne depuis la guerre civile, nous pouvons répondre sans hésitation : Aucun ! Si tout est comme cela, tout est un tissu de mensonges.

Non pas que tout soit faux, certes, mais les interprétations et surtout les omissions retournent complètement les événements en faveur des uns ou des autres. Et, dans le cas de l'Espagne, en faveur des gauches qui en sortent blanches comme neige et aussi innocentes qu'un agneau qui vient de naître. Tous martyres du franquisme !

Prenons quelques exemples des plus marquants.

Premier coup réussi ! Malgré que l'on dise que l'histoire est écrite par les vainqueurs, celle de la guerre civile racontée par les vaincus est celle qui a été acceptée par le monde entier. A cela une explication toute simple. Il suffisait d'attribuer à Franco une réputation de dictateur, puis de l'associer et l'amalgamer avec celles d'Hitler et de Mussolini et cette partie de l'Espagne n'était plus crédible. Les débordements, crimes, abus, menaces, atteintes à la liberté et autres outrances commis par la "jeune république éprise de liberté et d'humanisme" de 1931 à 1936 étaient complètement gommés!
Effacés à tout jamais ?

Autre exemple: Le gouvernement de Rodriguez Zapatero, oubliant les accords tacites fixés lors de la transición décida de mettre en place la ley de memoria histórica et on se mit à déterrer les morts victimes du "franquisme" des fosses communes un peu partout en Espagne et à les agiter sous le nez de la droite anesthésiée.  Curieusement on oublia de déterrer les 70 000 morts (ce chiffre a été diminué de 86 à 70 000 sous le gouvernement de Rodriguez Zapatero) et surtout, surtout les 8 000 "prisonniers politiques" (la plupart dont l'unique crime était être fils de notables ou étudiants dans une institution religieuse) assassinés et enterrés à Torrejón de Ardoz,  Paracuellos de Jarama et San Fernando de Henares principalement dans des fosses communes.
On demanda à l'Eglise d enlever le noms des morts qui figuraient sur les entrées des églises et qui "avaient donné leur vie pour Dieu et pour l'Espagne", mais on s'empressa de réhabiliter les victimes "de Franco" parmi lesquelles des pires tortionnaires

Pour ajouter à l'hypocrisie, l'un des deux principaux responsables de ce massacre Santiago Carrillo (avec Margarita Nelken) reçut la distinction de docteur honoris causa pour sa participation au rétablissement de la démocratie le 21 octobre 2005. Les quelques personnes qui osèrent crier au scandale, furent jetés dehors et qualifiés par (presque) tous les journaux d'appartenir à l'extrême droite. Personne ne pensa qu'il pouvait s'agir d'enfants ou petits-enfants de ses victimes.

Et le summum! Voici une partie du discours de Carrillo après avoir reçu son titre: -"He llegado hasta el día de hoy animado por el sueño de otro mundo, un planeta poblado por mujeres y hombres plenamente libres. Mi generación y las pasadas lo intentaron sin conseguirlo plenamente. Pongo mi esperanza en las nuevas generaciones".

Ce qui donne ceci: Je suis arrivé jusqu'aujourd'hui animé par le rêve d'un autre monde, une planète habité de femmes et des hommes pleinement libres. Ma génération et les antérieures l'ont tenté sans y parvenir complètement. Je place mon espoir dans les nouvelles générations.
No comment !

Ne nous arrêtons pas là ! Il y bien d'autres choses. Toutes les rues, monuments, stèles, noms d'établissements, d'hôpitaux etc. etc. rappelant la guerre civile, mais du côté franquiste ont été changés, barrés, voués aux gémonies……… mais aussitôt remplacés par des noms rappelant "la jeune république démocrate et humaniste" !

Dernière trouvaille du gouvernement socialiste -quelque peu naïf- de Pedro Sanchez pour essayer d'amadouer les indépendantistes catalans,  "baptiser" l'aéroport de Barcelone Aéroport Josep Tarradellas.

Ici une petite parenthèse. Tarradellas habita Saint Martin le Beau de 1954 à 1977. De chez mes parents à St Martin il y a quelques petites dizaines de km. Exilés comme lui, mes parents habitaient un vieux taudis sans eau ni électricité, Tarradellas dans une superbe propriété entourées de murs, mais d'aucun ou peu de rapport financier. Quels étaient ses revenus ? Avec quel argent vivait-il ? Et ceci depuis 1939 ?

Mais Pedro Sanchez l'actuel président du gouvernement, a été plus loin. Son conseil de ministres " restitue la pleine dignité de l'ex-président de la Generalitat Lluis Companys  approuve le rejet et la réprobation du Conseil de guerre qui décida son exécution.

Sans pour cela s'ériger en juge et recondamner l'ex-président, l'Histoire et le gouvernement de Sanchez aurait dû retenir que, sous la responsabilité de Lluis Companys, selon des études récentes,  il y eu plus 8 000 personnes qui furent assassinées dans des conditions atroces. On compte entre juillet et septembre 1936 :

Prêtres, religieux, religieuses :            2 441

Membres de la Liga Regionalista :         281

Carlistas:                                             1 199

Ceda:                                                     213

Falange:                                                 108

Renovación Española:                            70

Acción ciudadana:                                 117

Unión Patriótica:                                     36

Sindicato libre:                                      110

Federación de jóvenes cristianos:          18

Autres :                                                   34

A la fin de la guerre on arriva à un total de 8 148 personnes. Responsable, mais pas coupable Lluis Companys, tout comme Santiago Carrillo ?  Apparemment l'histoire ne les jugera pas parce-que personne n'osera contredire la version que les gauches ont donné.

Source: Generalitat de Catalunya

Conclusions: La vraie démocratie n'existe pas ! Il est impossible de croire que tout ce que nous dit l'Histoire !

 


Date de création : 30/12/2018 @ 09:50
Dernière modification : 30/12/2018 @ 10:25
Catégorie : informations récentes
Page lue 154 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Présentation

                     Les chrétiens persécutés

 Persécution en Espagne pendant la II République



La conduite de l'Eglise espagnole pendant la guerre civile est encore et toujours, violemment critiquée.
On l'accuse d'avoir été réactionnaire, hypocrite, fasciste, obscurantiste. Elle aurait été soumise aux puissants et aurait méprisé les pauvres. Immensément riche, elle se serait rangée du côté de la force de peur de perdre ses privilèges.

Pourtant, il suffit d'étudier un peu cette époque pour s'apercevoir que toutes ces critiques ne dépassent pas le stade de la propagande. Elles peuvent facilement être réfutées, une par une.
C'est ce que vous pourrez trouver sur ce site.

Lisez argument par argument. vous comprendrez vite qu'il suffit juste d'un peu de bon sens, pour s'en convaincre.
Puis vous pourez lire  quelques unes des horreurs commises dans la page "le massacre"
 

 



Webmaster - Infos


france_mwxx.gifJe remercie les internautes qui  donnent leurs appreciations.

Vous pourrez trouver mon livre  Le choc des deux Espagne sur la guerre d'Espagne (hors des sentiers battus et des idées toutes faites), dans toutes les Fnacs, les grandes librairies, les sites de vente par correspondance au prix de 20, 90 euros. Contribuer à rétablir la Vérité.

Merci encore

^ Haut ^