Les chrétiens persécutés

en Espagne    

Religion et République

Fermer 1 la religion pendant la II République

Fermer 2 le contexte et la persécution

Fermer 3 Le massacre

Fermer 4 Le massacre à Madrid

Fermer 5 Le massacre des" prisonniers politiques"

Fermer 6 Elaboration de la Constitution en 1931

Fermer 7 rapport du ministre Irujo

Fermer 8 les tchékas

Fermer 9 désinformation

Fermer Arguments

Fermer Judas

Fermer Le cardinal Segura

Fermer Le fascisme rouge revient

Fermer Persécution au Mexique

Fermer Précédents en France (loi 1905)

Fermer Réflexions

Fermer informations récentes

Fermer la persecucion religiosa oficializada

Fermer liste des 498 béatifiés

Réflexions

Fermer Des intélectuels catholiques?

Fermer Refexions sur la violence

Fermer a propos des Brigades Internationales

Fermer la guerre civile n'est pas terminée

Fermer le génocide vendéen

   visiteurs

   visiteur en ligne

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 4 membres


Connectés :

( personne )
Contacts

 

 

 Ce site a été scindé. Il y a la partie persécution religieuse en Espagne et la partie persécution religieuse en France.
Voici le lien  pour la partie France:
https://persecution-religieuse-france.la-guerre-d-espagne.net/ 
Nom du site: Persécution religieuse et christianophobie

Sondage
appréciations
 
super
à recommander
Très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
Judas - il y eu-t-il des judas pendant persécution en Espagne

 

Il y eu des judas pendant la persécution de la guerre d'Espagne ?

 

Dans les douze apôtres, il y avait Judas. Judas se pendit tourmenté par les remords. Il y a toujours eu et il y aura toujours des Judas mais je doute que tous se pendent, tourmentés par les remords.

Judas, ce nom est devenu synonyme de traître, mais le pauvre Judas méritait-il cela? Lui, tenaillé par le remord, finit par se pendre et on ne peut l'accuser que d'avoir manquer d'espérance et ne pas croire au pardon de Dieu. Son acte était horrible, certes, mais il s'était totalement repenti. Ce n'est pas le cas de tous les judas au cours de l'Histoire.
Bien au contraire, ce genre de personnes pense que le monde entier a tort et qu'eux seuls détiennent la vérité.

Y eut-il des Judas dans la guerre d'Espagne? Bien sûr qu'il y eut des judas. On trouve dans les livres traitant de cette époque quelques prêtres, qui collaborèrent ouvertement. En particulier, le père LOBO qui demanda une affectation aux services de propagande des révolutionnaires. Et qui, tout comme Judas, connaissait mieux les prêtres sinon l'un d'entre eux ? Qui pouvait utiliser mieux  que quiconque toute la psychologie et les faiblesse de ses "frères"? Son style de propagande fit, probablement, des dégâts considérables.

Il y eut le cardinal Vidal i BARRAQUER qui montra une notable soumission aux mesures anti-catholiques. Selon des historiens, il les aurait d'ailleurs lui-même soufflé aux gauches catalanes. PIO MOA par exemple, dit de lui "son catalanisme atteignait des limites proches du canular, puisqu'il disait qu'il ne voyait pas d'un mauvais œil la dissolution des jésuites, mais qu'une exception pouvait être faite avec la Catalogne. Selon lui les Jésuites Catalans n'étaient pas pareils et, bien sûr, ils étaient "meilleurs".
Ses appuis politiques lui permirent, non seulement d'avoir la vie sauve, mais aussi de participer à faire fuir des prêtres, militants  nationalistes catalans, vers Rome, alors que les autres prêtres non catalans ou non militants se faisaient tuer par grappes. Le massacre de ses frères ne lui posa apparemment aucun problème de conscience.

Le cardinal GOMA signala comment il avait fermement attiré l'attention de Rome sur le fait que les prêtres militants du catalanisme été sortis tous indemnes pendant que leurs frères étaient massacrés par milliers. Ils avaient été soigneusement recherchés et mis en sécurité par un des ministres du gouvernement de la Generalitat. GOMA exprima sa préoccupation au Pape en novembre 1936 : "parce qu'ils étaient là-bas sans rien faire et cela était dangereux pour eux- mêmes et qu'il convenait qu'ils s'occupent de quelque chose en Espagne"

Il y eu donc ces prêtres catalans qui se mirent à l'abri sans se soucier de leurs frères. Et qui répondirent que d'aucune façon, ils ne retourneraient en Espagne et qu'ils resteraient à Rome indéfiniment. Ce qui fit dire à GOMA, toujours en s'adressant au Pape : "Quel esprit sacerdotal! Avec raison il est tombé sur notre affligée patrie l'hécatombe que nous sommes en train de subir. Ces situations ne se forment pas de génération spontanée"

Le cas du clergé basque fut différent. Le nationalisme a toujours été très fort dans cette région de l'Espagne et quand le Centre arriva au pouvoir, dans cette seconde République, son souci d'unité nationale, lui fit repousser ses propositions. Les Basques, bien que profondément catholiques, eurent l'impression d'être rejetés. Au contraire, la gauche bourgeoise et démagogique d'AZAÑA, dans sa quête de voix, fut tout à fait attentive à leurs revendications. Cette situation rapprocha le Pays basque des dirigeants de gauche des autres régions et il n'y eu pratiquement pas de persécution. La propagande fit le reste. Les prêtres basques ignoraient probablement, ou tout au moins en grande partie, le massacre dont leurs frères étaient victimes dans la zone restée sous contrôle républicain.

A l'inverse, il y eu d'autres judas, heureusement très rares, traîtres à l'Evangile. Quelques ecclésiastiques s'enrôlèrent dans l'armée. Mais le pire ce fut un curé d’ Estremadura. Ce prêtre aurait obligé quatre miliciens et une jeune fille blessée à creuser leurs propres tombes avant de les enterrer vivants. A Badajoz, ce même prêtre aurait trouvé un milicien caché dans un confessionnal de la cathédrale et l'aurait abattu lui-même à coups de revolver. Des sites Internet l'accusent d'avoir dresser des listes de personnes à fusiller atteignant 750 personnes. Ce "prêtre" aurait du savoir qu'il agissait en totale contradiction avec l'Evangile qu'il enseignait. D'autres, une fois la guerre finie, pratiquèrent la délation  envoyant des personnes à la mort en sachant qu'ils auraient des jugements sommaires ou même pas de jugement. du tout. Osons espèrer qu'ils le faisaient sous l'emprise de la terreur et non sur celle de la haine ou par vengeance. Savaient-ils ces prêtres  et ces "catholiques"  que leurs comportements seraient utilisés, en le faisant passer pour une généralité, pour salir l'Eglise toute entière. Et ceci à l'époque bien sûr, mais aussi pendant des siècles tout comme on se sert encore de l'inquisition pour combattre la religion catholique ?
Le Christ lui-même a dit : "malheur à celui par qui le scandale arrive. Mieux vaudrait pour lui de s'attacher une pierre au cou et se jeter à la mer"

 


Date de création : 18/06/2008 @ 23:52
Dernière modification : 26/04/2017 @ 09:10
Catégorie : Judas
Page lue 4024 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Présentation

                     Les chrétiens persécutés

 Persécution en Espagne pendant la II République



La conduite de l'Eglise espagnole pendant la guerre civile est encore et toujours, violemment critiquée.
On l'accuse d'avoir été réactionnaire, hypocrite, fasciste, obscurantiste. Elle aurait été soumise aux puissants et aurait méprisé les pauvres. Immensément riche, elle se serait rangée du côté de la force de peur de perdre ses privilèges.

Pourtant, il suffit d'étudier un peu cette époque pour s'apercevoir que toutes ces critiques ne dépassent pas le stade de la propagande. Elles peuvent facilement être réfutées, une par une.
C'est ce que vous pourrez trouver sur ce site.

Lisez argument par argument. vous comprendrez vite qu'il suffit juste d'un peu de bon sens, pour s'en convaincre.
Puis vous pourez lire  quelques unes des horreurs commises dans la page "le massacre"
 

 



Webmaster - Infos


france_mwxx.gifJe remercie les internautes qui  donnent leurs appreciations.

Vous pourrez trouver mon livre  Le choc des deux Espagne sur la guerre d'Espagne (hors des sentiers battus et des idées toutes faites), dans toutes les Fnacs, les grandes librairies, les sites de vente par correspondance au prix de 20, 90 euros. Contribuer à rétablir la Vérité.

Merci encore

^ Haut ^