Persecution religieuse

Accueil  Nouvelles  Liens    Forum
Persécution religieuse au Mexique

cristeros.jpg

La persécution religieuse au Mexique
 La persécution mexicaine.

En 1926, le gouvernement du président Plutarco Elías Calles prend la décision de "descatolizar" (décatholiser) le Mexique. La France avait déjà eu cette prétention. L'Espagne l'aura quelques années plus tard.
Plutarco dit vouloir ouvrir son pays à la modernité. Il entreprend une féroce persécution contre l'Eglise catholique. Une des premières mesures est la suppression du culte catholique. Cette mesure est insupportable pour des millions de mexicains et mexicaines. Pour défendre leur religion et la liberté de culte des milliers de paysans et rancheros se révoltent et en viennent aux armes pour entamer là ce qu'ils appelleront la "última cruzada" dernière croisade de l'Occident.
A noter que les catholiques espagnols utiliseront la même dénomination.
L'héroïsme de tous ces catholiques, hommes, femmes et même enfants pour défendre leur liberté forçat l'admiration. Il s'agissait pourtant de gens du peuple, simples et sans aucun entraînement militaire. Les soldats gouvernementaux les appelaient los cristeros parce qu'ils portaient une croix sur la poitrine et avant d'être fusillés ils criaient Viva Cristo Rey y viva la Virgen de Guadalupe.

Beaucoup de martyrs espagnols pendant la guerre d'Espagne mourront dans les mêmes circonstances.
Une grande différence pourtant, les catholiques espagnols n'avaient pas pris les armes.

Dans les Cristeros, d'innombrables personnes n'avaient pas pris part à la résistance armée et furent assassinées uniquement parce qu'ils croyaient en Dieu. Et entre elles de nombreux prêtres et religieuses.
Plutarco Elías Calles, vainquit la résistance armée, mais n'éradiqua pas le christianisme du Mexique, bien au contraire. Malgré l'interdiction de culte pendant une bonne partie du XXe siècle, des cérémonies clandestines continuèrent et la foi n'en fut que fortifiée.
Tout comme en France et en Espagne, il y avait déjà eu des précédents au Mexique. Tout comme en France et Espagne, ils avaient été provoqués par les maçons.

De 1858 à 1861, les catholiques mexicains avaient déjà pris les armes contre les sans-dieu de l'époque. Les jacobins de la "Réforma" avaient autorisé tous les autres cultes à l'exception du culte catholique. Ils avaient mis en vente tous les biens de l'Eglise; avaient interdits les vœux religieux, supprimé la compagnie de Jésus et tous les collèges religieux. Tous les chrétiens employés de l'Etat devaient lui jurer fidélité et se prononcer en faveur de ces mesures; les évêques et les prêtres qui ne se soumirent pas immédiatement furent jetés en prison.
Comme chaque nouvelle constitution durcissait la situation, entre 1857 et 1937 plus de 30 000 chrétiens furent assassinés à cause de leur foi en Dieu. Trente mille martyrs dont 25 seront canonisés le 21 mai 2000. A chaque fois nous nous posons les mêmes questions : Pourquoi tant de haine? A quoi est due cette haine ?
Plus de détails.
En 1926, le président Plutarco Elías Calles lança la modification de l'article 130 de la Constitution de 1917 cherchant à augmenter son pouvoir de contrôle sur les Eglises et en particulier sur l'Eglise catholique. La maçonnerie était à l'origine de cette loi et fut votée grâce a eux.
Entre autres cette loi obligeait les ministres de culte à se marier et interdisait toute communauté religieuse. La seule confession ou les ministres du culte étaient célibataires et où il y avait des communautés étant la religion catholique, démontrait que cette loi était dirigée uniquement contre elle. Cette loi constitutionnelle n° 130 donnait le pouvoir aux gouverneurs de province à mettre des quotas ou des restrictions supplémentaires. C'est ainsi que dans la province de Tamaulipas on interdisait aussi célébrer l'eucharistie aux prêtres étrangers qui auraient pu se trouver au Mexique. ………………………………………………………………………….
En 1925 déjà et avec l'appui d'un syndicat ouvrier, le gouvernement avait voulu créer la "Iglesia Nacional Mexicana" et lui avait fourni des bâtiments et même des ressources à condition qu'elle rompe avec le Vatican. Pour repousser cette proposition de loi, l'Eglise mexicaine avait réussi à réunir plus de deux millions de signatures pour proposer une modification de la constitution. La pétition fut, bien sûr, repoussée. Les catholiques lancèrent alors l'idée de boycotter le gouvernement par tous les moyens à sa disposition : non paiement des impôts, achats minimums des produits qu'il commercialisait, refuser l'achat de billets de loterie nationale et n'utiliser les véhicules qu'en cas d'extrême nécessité afin de limiter la consommation de carburant. Ce boycott causa deux grandes répercussions : un grand dommage dans l'économie du pays et regroupement des catholiques de toutes tendances.
Le mouvement social réclamant la liberté de culte s'étendit bientôt aux états de Guanajuato, Jalisco, Querétaro, Aguascalientes, Nayarit, Colima, Michoacán y Zacatecas, la ville de Mexico et la péninsule de Yucatán. Les dirigeants du mouvement étaient proches mais indépendants des évêques. Les premières guérillas commencèrent en 1927 et si, au début, le mouvement n'était composé que de paysans sans aucune préparation militaire, bientôt le sentiment religieux fit que d'autres groupes vinrent s'y unir. Mais les Cristeros n'avaient que des armes très anciennes et peu de munitions
Des évêques mexicains se désolidarisèrent du mouvement et entreprirent des négociations avec le gouvernement avec la médiation des Etats-Unis. Quand Emilio Portes Gil devint le président intérimaire du Mexique, il commença de longs pourparlers et manipula le négociateur américain peu expérimenté. Il concéda une semi-amnistie générale à tous ceux qui avaient pris les armes dans le cas où ils se rendraient, il rendit à l'Eglise tous les bâtiments qui avaient été confisqués afin d'éviter d'autres conflits par la suite. Il s'avéra que la hiérarchie catholique était très divisée, les uns se conformant à la négociation, d'autres voulant l'empêcher par tous les moyens.
Les Cristeros qui avaient cru Emilio Portes et s'étaient rendus furent tous fusillés.
Cette haine envers la religion, cette haine envers les chrétiens causa plus de 30 000 morts au Mexique entre 1857 et 1937. Trente mille qui préférèrent mourir plutôt qu'être privés de la liberté de croire en Dieu. 25 martyrs ont été canonisés le 21 mai 2000.
A chaque fois nous nous posons les mêmes questions : Pourquoi tant de haine? D'où vient cette haine ?
Demandez à un maçon, (franc-maçon en France) il vous répondra qu'il lutte pour la liberté et la justice ! Quelle liberté ? Quelle justice ? La leur? Mais ce n'est pas forcément celle des autres !
________________________________________

 


Date de création : 21/08/2010 @ 23:14
Dernière modification : 29/10/2012 @ 00:05
Catégorie : Persécution au Mexique
Page lue 7837 fois

up Haut up


GuppY - http://www.freeguppy.org/   Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/
Document généré en 0.12 seconde