Persecution religieuse

Accueil  Nouvelles  Liens    Forum
Informations récentes

La Generalitat de Cataluña a publié une liste nominative des 8 352 morts assassinés en zone "rouge" entre Juillet 1936 et janvier 1939 sous le gouvernement de Companys.
C'est une première. Ces morts étaient jusqu'à présent les plus oubliés de l'Histoire.

Entre eux on trouve :

1 190 curés.
750 religieux.
50 religieuses.
18 jeunes chrétiens de la "Federación de Jóvenes Cristianos"

L'Histoire, curieusement, n'avait retenu que les assassinats commis dans la zone franquiste et aucun de ceux perpétrés par la "jeune démocratie", par un peuple profondément "humaniste, et épris de justice et de liberté !"
Ceci fait constater que ceux qui reprochent à l'Église de s'être rangée du côté de Franco, font preuve d'une cynique mauvaise foi uniquement dépassée par une hypocrisie sans limites.
En effet entre juillet et septembre 1936 il y eu 4 627 assassinats sans autre forme de procès en Catalogne.

En total= ( voire si vraiment ?) :

Prêtres, religieux, religieuses                            2 441

Liga regionalista                                                   281

Carlistas                                                            1 199  

C.E.D.A                                                                213  

Falange                                                                108

Renovación Española                                            70

Acción Ciudadana                                                117

Unión Patriótica                                                      36

Sindicato Libre                                                     110

Autres                                                                     34

Il s'agit là uniquement de la Catalogne, mais des assassinats du même ordre furent exécutés dans toute la zone républicaine. À Madrid par exemple il y eu 17 000 morts, la plupart avant le mois de novembre 1936. Le chiffre total varie suivant les sources de 50 000 à 85 000 morts sans, ou avec une parodie, de procès. Il suffisait parfois de posséder chez soi un signe religieux comme un crucifix, un chapelet, une médaille pour mériter la mort. Porter une cravate suffisait aussi. Les assassinats étaient souvent précédés d'émasculation pour les hommes, viols collectifs pour les femmes et suivis de mutilations et de démembrements.

Et on continue à appeler cela une jeune démocratie !! Une jeune démocratie éprise de justice, d'humanisme et de liberté et luttant contre le fascisme ! Triste retournement de l'Histoire !

La première définition du mot fascisme était : politique imposée au peuple par la force. Qui étaient les fascistes alors ?

Il ne faut pas oublier aussi que la persécution contre les chrétiens, mais en particulier contre les catholiques, avait commencé en Mai 1931.

Et on reproche à l'Église de s'être rangée du côté de Franco. Elle se rangea forcément derrière ceux qui n'assassinaient pas ses membres.

 


Date de création : 10/02/2017 @ 18:49
Dernière modification : 13/10/2017 @ 09:54
Catégorie : informations récentes
Page lue 1083 fois

up Haut up


GuppY - http://www.freeguppy.org/   Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/
Document généré en 0.12 seconde