Persecution religieuse

Accueil  Nouvelles  Liens    Forum
réflexions sur la violence

Nice 14 juillet 2016. Bilan provisoire de l'attentat : 184 morts et plus de 100 blessés dont certains dans un état très graves. La plus jeune victime a 6 mois.

Depuis des années nous subissons les mensonges, les fuites devant les réalités dans le meilleur de cas, si ce n'est la collaboration de nos "élites" avec les ennemis. Ces ennemis sournois et implacables, qui prétendent parler et agir au nom de leur Dieu. Ces ennemis qui cherchent par tous les moyens à détruire la France. Cette France qui les a accueillis. Cette France qui les a sortis de la misère et les a nourris, logés et grassement couvert d'allocations", sans aucune contrepartie.

Les ayatollahs de la pensée qui nous manipulent ont légiféré pour museler le peuple. Dans les temps de Vichy, les lois étaient dictées par ceux qu'on appellera plus tard les collabos. Aujourd'hui, nous subissons la dictature de quelques-uns.  Malheur à celui qui veut appeler un chat un chat, la horde de hyènes  se jettent sur lui et le déchiquètent avec une rage, une haine sanguinaire qu'ils travestissent hypocritement en humanisme. Et les médias plus conformistes que conformistes, non seulement suivent, mais en rajoutent lâchement, imbécilement en les culpabilisant de je ne sais quels (vrais ou faux) méfaits commis il y a des siècles par nos ancêtres.

Au nom de je ne sais quelle religion laïciste et "droitdel'hommiste", il fallait accueillir ces ennemis. Leur but: faire table rase de l'Histoire de France et de ses racines chrétiennes.

 

Il y a peu encore, madame le Maire de Paris déclarait : "Le ramadan est une fête qui fait partie du  patrimoine culturel français. (J'ai honte d'avoir –presque- les mêmes origines) mais ceci n'est qu'un petit exemple parmi tant d'autres

Le ramadan partie du "patrimoine culturel français"?. Mme Hidalgo peut-elle imaginer, pour elle et les autres françaises, la vie sexuelle que subissent les femmes musulmanes pour l'associer au patrimoine culturel de notre pays ?

Est-elle d'accord –pour elle et toutes les françaises- d'interdire que les femmes soient soignées par des médecins hommes.

D'avoir des horaires spéciaux dans les piscines ou salles de sports.

De porter le  voile pour sortir dans la rue sous peine de se faire lapider. Etc. etc.

D'ailleurs dans son cas elle se serait peut-être fait égorger par des membres de sa propre famille.

Est-ce que cela fait partie du patrimoine culturel de la France ?

Les dirigeants se sont coupés du peuple. Désormais un abîme les sépare. Mais si le "peuple" en a plus que marre, il n'a pas bougé. Il n'a pas bougé à cause de ces lois inventées pour le museler et l'empêcher de penser. Il n'a pas bougé parce-qu'il croyait que cette menace n'était qu'idéologique et culturelle  Mais maintenant, nous prenons conscience que nous sommes dans une vraie guerre. Chaque attentat, chaque mort, accumule de nouvelles couches de haine. Les terroristes comptent sur notre couardise et notre lâcheté, mais ils se trompent lourdement. Le jour que le peuple explosera –probablement mené par un nouveau De Gaulle- il sera bien difficile de discerner les bons des méchants, de séparer le bon grain de l'ivraie, et tous paieront les fautes, commises ou non commises.

 

Conditionnement à la violence. 

Des livres de Primo Lévi Si c’est un homme et de Stanley Milgram Soumission à l’autorité on peut trouver les conclusions suivantes : 

Les tortionnaires sont des individus de la même étoffe que les autres mais leurs actes sont le produit d'une certaine forme d'éducation. Ils sont l'outil d'une politique de la terreur qui s'exerce par la force. Mais ils en sont aussi les premières victimes. Primo Lévi

  De Stanley Milgram : Des citoyens ordinaires dépourvus de toute hostilité peuvent en s'acquittant de leurs tâches, devenir les agents d'un atroce processus de destruction….. Si l'autorité leur demande d'agir à l'encontre des normes fondamentales de la morale, rares sont ceux qui possèdent les ressources nécessaires pour lui résister.
 Milgram tirait ces conclusions popularisées dans le I comme Icare où ses recherches cherchaient à comprendre comment un individu se comporte quand une autorité "légitime" lui demande d'agir contre un tiers.
Il y a des citations sur les tortures qu'infligèrent les américains en Corée après la guerre, les allemands aux Juifs, les français en Algérie et plus récemment les américains sur des membres présumés d'Al-Qaïda. Chaque fois les tortionnaires sont persuadés de la légitimité de leurs actions et même de faire leur devoir.

Autre citation de Milgram : à une très grande majorité, les gens font ce qu'on leur dit de faire en occultant la nature de l'acte prescrit et sans être réfrénés par leurs conscience dés lors que l'ordre paraît émaner d'une autorité légitime""    Pour le psychologue, dans cette situation très peu d'entre nous sont capables de s'opposer. Nous sommes tous des moutons obéissants, perdant le sens de notre responsabilité personnelle. Les institutions militaires sont sans aucuns doute le lieu où l'appartenance au groupe, le ralliement aux objectifs et à l'idéologie sont les facteurs qui effacent le plus aisément l'individualité et provoquent la dépersonnalisation. 

Pendant la guerre de Vendée le Général Westermann écrivit :
Il n’y a plus de Vendée. Citoyens républicains, elle est morte sous notre sabre libre avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m’avez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui, au moins, pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. Un chef de brigands nommé Désigny, a été tué par un maréchal de logis. Mes hussards ont tous à la queue de leurs chevaux des lambeaux d’étendards brigands. Les routes sont semées de cadavres. Il y en a tant que sur plusieurs endroits ils font pyramide. On fusille sans cesse à Savenay car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers.
Cela se passait bel et bien en France et les ordres avaient été donnés par Robespierre, Saint-Just et tous les membres du Comité de Salut Public. Des français assassinèrent 170 000 autres français sans aucun état d'âme. 



Simone Weil dans sa lettre à Bernanos :
lorsque les autorités temporelles et spirituelles ont mis une catégorie d'êtres humains en dehors de ceux dont la vie a un prix, il n'est rien de plus naturel à l'homme que de tuer. Quand on sait qu'il est possible de tuer sans risquer ni châtiment ni blâme, on tue.

Che Guevara :
-j'utilise la haine comme facteur de lutte, la haine de l'ennemi qui pousse l'être humain au-delà des limites et en fait une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer-

Georges Steiner : il y a en l'homme un barbare que rien, ni l'éducation ni le bien-être matériel, ni la culture ne désarment.

D’Holbach : L’homme n'est qu'une masse de cire, dont on fait ce qu'on veut,

Xavier Martin : L’homme n'est qu'un assemblage d'atomes, une machine réa­gissant aux sensations qu'elle perçoit en fonction de son intérêt personnel. Un être seul, « libéré » de ses traditions religieuses et de ses attaches fami­liales,  se réduit à son corps et à ses affects.

D'autres exemples viennent tout de suite à notre mémoire : les kamikazes au Japon,  dont le nom est resté pour désigner les auteurs d'attentats suicides. Nous les retrouvons chez les palestiniens, les irakiens, les membres d’Al-Qaïda, les afghans, les pakistanais pour n’en citer que quelques uns. Pour tous ces gens, mourir ainsi est un honneur et tout père de famille est fier de son fils qui s’est fait exploser pour tuer quelques ennemis.

 En Espagne avant et pendant la guerre civile la "mentalización" avait été facile. Les manipulateurs s’adressaient à un peuple qui avait été maintenu dans la pauvreté et l’illettrisme, il suffisait de lui montrer « les coupables » ou leurs complices et attiser la haine jusqu’au paroxysme et l'objectif était atteint. Les catholiques allaient être les principales victimes de cette haine et payer un très lourd tribut.

 


Date de création : 27/10/2009 @ 09:24
Dernière modification : 22/07/2016 @ 12:10
Catégorie : Refexions sur la violence
Page lue 3940 fois

up Haut up


GuppY - http://www.freeguppy.org/   Site propulsé par GuppY - © 2004-2013 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/
Document généré en 0.06 seconde